Version imprimablePrintable version
Bruxelles - Molenbeek
21 Septembre 2016 > 24 Septembre 2016
10 euros/jour (déjeuner compris)
25 euros/pass 4 jours (déjeuner compris)
Inscriptions avant le 16.09.2016
(ATTENTION: veuillez indiquer les ateliers que vous voulez suivre les après-midi dans la section "Commentaires")

L'inscription peut se faire via le formulaire accessible sur ce site version classique.
Français et anglais (traduction simultanée / facilitation)
Débats et ateliers :
La Bellone, 21 > 23.09, 10:00-17:30, et 24.09, 10:30-12:30.
Interventions urbaines :
Axe Bourse > Molenbeek, 24.09, 13:00-22:00.
La Bellone
46 rue de Flandre
Bruxelles 1000
SIGNAL #5

SIGNAL revient pour parler d’art vivant dans l’espace public. Débats, ateliers et interventions artistiques interrogent notre relation à la ville, changée par les attentats de mars.

L'art face à la terreur
Cette année, les attentats terroristes perpétrés à Bruxelles comme ailleurs dans le monde, mais également les diverses formes de violences subies dans l’espace public ou aux frontières européennes avec la crise des réfugiés, sont notre point de départ pour une réflexion plus que jamais nécessaire sur un espace public où l’être humain est menacé : de mort, de contrôle ou d’opprobre.

Débats et ateliers
Depuis 5 ans, SIGNAL est le lieu incontournable de la réflexion critique sur les relations complexes qu’entretient l’art vivant avec l’espace public. Durant trois jours et demi, témoignages, analyses, débats, ateliers et performances permettent aux opérateurs culturels bruxellois, aux artistes, aux chercheurs, aux décideurs politiques de s’interroger sur les enjeux avoués ou secrets de la pratique artistique quand elle se déploie dans l’espace public.

La Bellone
Mercredi 21 > Vendredi 23.09, 10:00-17:30
Samedi 24.09, 10:30-12:30

Interventions urbaines
SIGNAL est également un moment de mutation poétique de la ville, qui grâce à une programmation d’œuvres conçues ou adaptées pour Bruxelles, prioritairement destinées aux habitants et usagers de la ville, interroge et transforme momentanément notre tissu urbain.

Bourse > Molenbeek
Samedi 24.09, 13:00-21:00.

Conférence de presse
Jeudi 15 septembre 18:00 à La Bellone, en marge du vernissage de "Stories of Refuge" du Dictaphone Group. 

Penser

SIGNAL, ce sont des débats réunissant artistes, opérateurs culturels, chercheurs, acteurs sociaux, urbanistes, responsables de politiques culturelles... venus du monde entier et passionnés par l’actualité et le futur de la ville.



MERCREDI 21.09 - 10h > 13h

La violence
Comment penser la violence qui fait désormais partie de nos quotidiens, mais aussi celle qui s’exerce contre l’étranger aux frontières de l’Europe (parfois dans le chef de citoyens eux-mêmes), « pour nous protéger » ? Qu’est-ce que cette violence change dans notre perception, voire dans l’essence même de la ville – notamment son anonymat ? Qu’est-ce qui nous incombe, en tant qu’artistes ou opérateurs culturels, face à cette situation ?
Eclaireur : Laurent Licata (B)
Invités : Tom Sellar (US), Sheila Ghelani (UK), Alessandro Carboni (IT)



JEUDI 22.09 - 10h > 13h

Le contrôle
La menace terroriste et le fantasme de l’invasion des migrants permettent de réactiver les discours sécuritaires et les logiques de contrôle de la population, mettant en péril la démocratie. Comment l’art urbain peut-il exister dans ce contexte où les dispositifs de sécurité réduisent de facto son champ d’action, et peut-il s’opposer intelligemment aux débordements policiers ?
Eclaireur : Olivier Razac (FR)
Invités : Fanni Nanay / PLACC (HU), Alicja Borkowska (PL), Christopher Hewitt (DE/UK), Michael Murtaugh et Nicolas Malevé / Constant vzw (BE)



VENDREDI 23.09 - 10h > 13h

La sollicitude ("Care")
Face à la terreur, on voit aussi se ranimer les mouvements de solidarité, les gestes de compassion, l’attention à l’autre, de manière individuelle et collective. Entre le mémorial spontané construit par le peuple à la Bourse, Tout Autre Chose et Nuit Debout, la place publique redevient, paradoxalement, le lieu d’une nouvelle manière de « faire société », d’une autre citoyenneté. Comment l’art dans l’espace public peut-il s’associer à ce mouvement ?
Eclaireure : Joan Tronto (US)
Invités : Pascal Le Brun-Cordier (FR), Myriam Sahraoui et Elly Ludenhoff (MA/NL), Elvira Santamaria Torres (MX), Anna Rispoli (BE)



SAMEDI 24.09 - 10h30 > 12h30

Conclusions et Brunch

 

Agir

SIGNAL, ce sont des ateliers en plus petits groupes menés par les intervenants invités aux débats, pour rencontrer la pratique d'un artiste ou approfondir une réflexion.


MERCREDI 21.09.16 - 14h > 17h30

Atelier mené par Tom Sellar (US)
"Empire State: pratiques artistiques duratives, terreur et réaménagement de New York après le 11 septembre"
Les attaques du World Trade Center en 2001 ont tué 2977 personnes et détruit toute une partie de Manhattan. Au cours des 15 dernières années, le rétablissement et le réaménagement de New York ont redéfini les quartiers et les espaces publics - avec un développement immobilier sans précédent et une augmentation des inégalités économiques.
Critique, curateur et professeur, Tom Sellar revient sur les problèmes rencontrés par les artistes suite à ces changements, et présentera une série de projets et de plates-formes mis en place en réponse. Quel est le lien entre terreur et gentrification dans l'imaginaire politique? Quelles stratégies les artistes ont-ils mis en place pour éviter de succomber aux forces commerciales en charge de re-construire la ville? Les attaques marquent-elle la fin de la bohême new-yorkaise ou au contraire son développement?


Atelier mené par Alessandro Carboni (IT)
"EM - Outils pour cartographies urbaines et pratiques performatives"
EM est une boîte à outils pour la cartographie urbaine et la pratique de la performance conçue par Alessandro Carboni. Il utilise le corps comme dispositif pour capturer, extraire des événements urbains et cartographier ce qui se passe de manière géométrique et temporelle. La méthode permet de faire face à ces événements, de les incarner et de les reconfigurer avec une pensée chorégraphique. Le résultat est une carte corporelle fabriquée à partir de postures, de formes et de gestes corporels. Alessandro Carboni utilisera pour explorer la méthode les images, sons et vidéos des heurts et manifestations à Hong Kong en novembre 2014, qui ont donné lieu à sa pièce "Being here in what will no longer be".
https://emtoolsblog.wordpress.com/

Atelier mené par Sheila Ghelani (UK)
"Prendre soin des autres, les soutenir, avec la Croix-Rouge"
Le concept du "soin" apparait régulièrement dans la pratique de Sheila Ghelani, et la mène parfois à travailler avec des professionnels du soin dans des hopitaux et des centres de jour. Pour cet atelier, Sheila invite des travailleurs de la Croix-Rouge de Belgique pour discuter de la manière dont ils utilisent le mot "soin" dans leur organisation et comment ils "soutiennent" les autres. Il y aura des exercices pratiques pour soutenir/soulever le poids de chacun, suivis de discussions. La Croix-Rouge nous donnera quelques conseils sur les premiers soins en cas de situation d'urgence. 


JEUDI 22.09.16 - 14h > 17h30

Atelier mené par Fanni Nanay / PLACC (HU)
"L'espace public comme champ de représentation du pouvoir politique"
Le gouvernement hongrois au pouvoir depuis 2010 utilise tous les discours possibles pour maintenir, renforcer et démontrer sa domination politique. Les médias sont presque totalement contrôlés par le gouvernement, et il vise également à s’installer symboliquement dans l’espace public (comme les lieux de communication publique). En dehors des actions de certains militants, la majorité des gens réagissent à ces changements radicaux du paysage urbain par de la résignation, de l'apathie, de la passivité - et de l'auto-censure, même du côté des artistes.
Basé à Budapest, le Festival Placcc d’art in situ et dans l'espace public, ressent fortement ces changements, tout en essayant d'agir contre eux.
Fanni Nanny montrera quelques exemples des changements radicaux dans le paysage urbain mis en place par le gouvernement hongrois, ainsi que des projets artistiques - réussis ou ratés - dans l'espace public. Dans la deuxième partie du workshop, elle propose de discuter avec les participants sur la façon de réagir à l'autocensure et l'apathie induite par le contrôle gouvernemental.

Atelier mené par Alicja Borkowska (PL)
"Je me souviens... de la ville"
Strefa WolnoSlowa est une fondation de théâtre organisant des événements avec la participation d'habitants polonais, migrants et réfugiés vivant à Varsovie. Le contexte politique et social actuel en Pologne, marqué par la montée du parti nationaliste d’extrême droite et les manifestations anti-migrants, ne peut que nous ramener à de sombres moments de notre histoire. Au cours de ce workshop, la situation polonaise et les activités de Strefa WolnoSlowa à Varsovie serviront de point de départ à une réflexion plus large sur la mémoire de la société et la mémoire de la ville : comment fonctionne la mémoire, de quoi nous rappelons-nous? De quelle manière ce dont nous nous rappelons vient-il façonner notre relation au politique et au monde dans lequel nous vivons ? En partant des réactions de nos sociétés face à l’arrivée des migrants en Europe, Alicja Borkowska réécrira, avec les participants, un nouveau « Je me souviens » (Georges Perec), conte sur Paris qui met en valeur les souvenirs et les petits événements de tous les jours, ceux que l’on ne trouve pas dans les livres d’histoire, mais qui forment pourtant l’essence de la vie quotidienne.

Atelier mené par Christopher Hewitt (DE/UK)
"Garde l’œil ouvert"
Christopher Hewitt présentera une partie des interventions artistiques in situ qui ont été programmées ces dernières années dans le cadre du New Performance Turku Festival ainsi qu'une petite sélection de vidéos sur le thème de l'observation et de l'intervention dans la performance. La deuxième partie de l'atelier sera consacrée à la pratique: les participants feront leurs propres observations de l'environnement urbain ainsi que des micro-interventions.


VENDREDI 23.09.16 - 14h > 17h30

Atelier mené par Pascal Le Brun-Cordier (FR)
"Attentifs ensemble"
Les attaques terroristes ont créé une rupture violente dans notre rapport à l’espace public, en mettant de la défiance a priori là où notre rapport à l’autre reposait sur une « présomption de confiance ». Bienveillance et tranquillité ont laissé place à la fébrilité, l’inquiétude, la méfiance. L’injonction à être « attentifs ensemble », ritournelle fondatrice de l’imaginaire sécuritaire dans lequel nous baignons déjà depuis plusieurs années, a viré à un terrifiant « tous paranos ». Puis nous avons progressivement retrouvé des comportements plus insouciants. On a même observé un appétit marqué pour des manifestations de fraternité et de solidarité dans l’espace public, voire une forme d’ostentation de notre capacité à habiter ensemble la ville, pacifiquement, fraternellement. Nuit debout peut ainsi être vu comme la création d’un « attentifs ensemble » positif, signifiant « Portons attention à la communauté que nous formons ensemble. » Comment la création artistique dans l’espace public s’inscrit-elle dans ce mouvement ? Comment éthique et esthétique peuvent-ils être articulées ? Comment déjouer les pièges de la mièvrerie ? La discussion s’engagera à partir de la présentation de quelques projets. Nous nous intéresserons notamment aux démarches artistiques faisant de la nature un vecteur de bien urbain. Lire “Créer des espaces pour le possible”, entretien pour la revue Politis dans le cadre du dossier "La reconquête de l’espace public » (été 2016), disponible ici : http://pascallebruncordier.tumblr.com

Atelier mené par Myriam Sahraoui et Elly Ludenhoff (MA/NL)
"Ca commence par un coup de sonnette à la porte"
Zina est une compagnie de théâtre néerlandaise qui regroupe des artistes de différentes origines culturelles et disciplines. Son répertoire se compose d'histoires de vie des populations locales. Sa scène sont les rues où elles vivent.
Une fois que deux personnes se sont vues ... elles ne pourront plus jamais ne plus se voir. Ce genre de vision apporte un changement permanent, aussi bien chez celui qui voit que chez celui qui est vu. Avec ce regard et cette perspective, on voit la beauté de l'étranger. Zina s’engage et se confronte à cette motion intérieure, prête à franchir les obstacles pour aller vers l'Autre et vers soi-même. Le temps ainsi que ce chemin envers l'Autre est la source d'inspiration de nos projets. Myriam Sahraoui et Elly Ludenhoff sont les fondatrices de la plate-forme Zina, elles parleront du travail de Zina dans des quartiers complexes, difficiles et beaux de différentes villes européennes.

Atelier mené par Elvira Santamaria Torres (MX)
"Actions artistiques urbaines en période sombre"
L'intention d'Elvira Santamaria Torres est d'introduire des formes de comportement symboliques et poétiques dans l’espace public en harmonie avec la dynamique d'un lieu spécifique, bien que paradoxalement, le but soit aussi de briser le rythme quotidien. Ainsi, elle cherche à comprendre la mémoire collective organique que chaque individu incarne de manière singulière, par le biais d'une négociation relationnelle: libre d'être acceptée, rejetée, ignorée, libre d'y prendre part, de se l’approprier et/ou de la transformer. La participation des personnes est un signe des liens affectifs et culturels permis par une action symbolique. Les actions urbaines stimulent la mémoire individuelle du passant. Elles permettent aux citoyens de re-signifier leurs expériences, d’activer des valeurs fondamentales et de retrouver une énergie vitale.
Ensemble avec les participants, Elvira Santamaria Torres fera une série d'expériences pour peut-être constituer une carte des identités, des symboles et des signes de/pour la régénération afin de trouver les ressources de guérison collectives, les mécanismes et les processus pour l'individu dans sa plus grande diversité et pluralité.


 

Créer

SIGNAL est également un moment de mutation poétique de la ville qui interroge et transforme momentanément notre tissu urbain.

 

La programmation dans l’espace public se concentre cette année sur l'axe qui relie la place de la Bourse, lieu symbolique depuis les événements de mars, et Molenbeek, commune conspuée par la communauté internationale de manière fantasmatique. Les œuvres reflètent les préoccupations abordées lors des débats et ateliers au travers de créations urbaines d’artistes belges et internationaux.

MERCREDI 21.09
"Public Shooting" par Habitants des images (BE) - Tournage

JEUDI 22.09
"Public Shooting" par Habitants des images (BE) - Tournage

VENDREDI 23.09
"Géographie Subjective Anderlecht" - Vernissage - Centre Culturel d'Anderlecht - Escale du Nord

SAMEDI 24.09
"We picked you up, carried you like a feather, like a shell" par Sheila Ghelani (UK)
"الكفاح من أجل السلام " by Elvira Santamaria Torres
"Beauty Verhalen Salon" par Zina (NL)
"Thinker's Corner" par Dominique Roodhooft (Le Corridor) (BE)
"Lydia Richardson - Europe à terre" par Anne Thuot (BE)
"Continent VII" par Vincent Gérard (BE)
"Si tu vois un canard blanc, ce n'est pas toujours un signe" par Ouistiti Glace (FR/BE)
"Public Shooting" par Habitants des images (BE)

15.09 - 15.10:
"Stories of Refuge" par Tania El Khoury (LB)


Plus d'infos sur les différents projets par ici.

Intervenants

Alicja Borkowska (PL) est la présidente de la fondation Strefa Wolnoslowa à Varsovie. Metteure en scène, elle a également organisé différents festivals de théâtre en Pologne et à l'étranger. Elle a mené de nombreux projets artistiques avec des migrants et des réfugiés.

Alessandro Carboni (IT) est chorégraphe, performeur et chercheur. Ses projets explorent les relations complexes entre le corps, la carte et la ville. Il réalise des cartographies à partir de lieux qui se recoupent et s'entremêlent en fonction de contingences urbaines spécifiques. Alessandro Carboni travaille ajourd'hui en tant qu'artiste indépendant, entre la Sardaigne et Hong Kong. https://progressivearchive.com/

Habitants des images (BE) est une association basée à Bruxelles qui a pour champ d’action la ville et les médias. Quand l’art fait écho à des questions sociales ou urbaines et met à contribution active ses sujets : participants, habitants, institutions. Les créations artistiques utilisent des médiums divers  avec toujours une inscription dans l’espace public à un moment du processus (rues, places, maison communales, réseaux sociaux, etc.).

Dictaphone Group (LN) est un collectif de performance et de recherche dont les créations multidisciplinaires visent à questionner notre rapport à la ville et amorcer une réflexion sur la redéfinition de l’espace public. Ce projet collaboratif a été initié par l’artiste Tania El Khoury et l’architecte et urbaniste Abir Saksouk. 

Vincent Gérard (BE) est un scénographe et performer. Son travail interroge la ou les réalités d’un lieu au moyens de dispositifs multimédia. Ses installations, de l’ordre de l’éphémère, dépeignent un univers trouble surveillé par une Nature toujours plus menaçante face à la société du progrès.

Sheila Ghelani (UK) travaille dans les champs de la performance, de l'installation et de l'image en mouvement. Elle aime le poids des mots quand ils sont dits ou tenus et assemble multitude d'objets et d'actions dans des motifs répétitifs très rassurants. Elle aime couper des choses, les casser puis les mélanger ensemble. Elle s'intéresse beaucoup à la médecine, aux soins et à la relation entre arts et sciences, avec un accent particulier sur l'hybridité.
 En plus de sa pratique solo, Sheila est artiste associé avec le Blast Theory et avec le Clod Ensemble's Performing Medicine Project. Elle enseigne régulièrement dans des contextes universitaires, elle est mentor pour des artistes ou des étudiants et donne régulièrement des conférences publiques.

Christopher Hewitt (DE/FI) est le co-directeur du festival New Performance Turku à Turku, Finlande, et le fondateur de LiveArtWork (Berlin). Il travaille depuis plus de 20 ans dans les champs de la performance et de l'art interdisciplinaire en tant que curateur, professeur, facilitateur et performeur.

Pascal Le Brun-Cordier (FR) développe une activité de conseil et de conception de projets au sein de l’agence Vertigo In Vivo. Il a créé en 2005 et dirige depuis le Master professionnel Projets culturels dans l’espace public au sein de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il est professeur associé. Il a également créé et dirigé pendant 5 ans à Montpellier les ZAT - Zones Artistiques Temporaires, une manifestation artistique en espace public de grande envergure, pluridisciplinaire et contextuelle.

Laurent Licata (BE) est professeur de psychologie sociale et interculturelle à l’Université libre de Bruxelles. Ses thèmes de recherche portent principalement sur la manière dont les mémoires collectives interagissent avec les identités sociales, et dont elles influencent les relations entre groupes. Ses recherches portent également sur les stratégies identitaires des personnes issues de minorités culturelles et sur les attitudes des membres des majorités culturelles à leur égard. Enfin, il s’intéresse également aux réactions des femmes face au sexisme.

Fanni Nanay / PLACCC (HU) est la curatrice du PLACCC Festival à Budapest. Ce festival propose depuis 2008 des interventions dans l'espace public et propose ainsi une réelle réflexion sur la ville. Ils travaillent par touches d'acupuncture dans des quartiers moins connus, parfois même dysfonctionnels, ambivalents ou dangereux, le but étant de changer les représentations mentales que se font les habitants d'un lieu et ainsi changer leur approche de l'environnement urbain.

Ouistiti Glace (FR/BE) est un tandem de comiques au chômage qui a commencé à la radio et s'épanouit à coup de bourre-pif de l'inattendu. Devant la méchanceté, la sordidité, la violence voir même l'ignominie du monde, elles brandissent un humour vert. Ce sont aussi des pleutres qui vivent des susbsides et aspirent au CPAS. Toujours est-il que ce sont les reines du lancer de cacahuètes.

Michael Murtaugh (US) conçoit et recherche des bases de données communautaires, des documentaires interactifs, et des outils pour de nouvelles formes de lecture et d’écriture en ligne; Il enseigne à l’Institut Piet Zwarte à Amsterdam. Nicolas Malevé (BE) est un artiste visuel, programmeur informatique et activiste des données qui vit et travaille entre Bruxelles et Londres. Tous deux sont membres de Constant, une association d’arts et médias basée à Bruxelles.

Olivier Razac (FR) est philosophe et maître de conférences à l'Université Grenoble Alpes, responsable pédagogique de la licence SHA (Sciences Humaines Appliquées) et membre du conseil scientifique de la revue "Champ Pénal / Penal Field". Ses thèmes de recherche abordent l'écologie et la biopolitique, le spectacle, la santé, l'éthique et la médecine, ainsi que la surveillance, l'enfermement, la probation. Il a notamment publié "Histoire politique du barbelé" (Flammarion), "Avec Foucault, après Foucault" (L'Harmattan), "La grande santé" (Climats/ Flammarion). Il publie également sur son site de "philosophie plébéienne" : www.philoplebe.lautre.net"

Anna Rispoli (BE) utilise les espaces communs de manière inattendue, via des pratiques participatives. Elle remet en question les possibilités conceptuelles et options esthétiques entre espaces publics et privés. Avec ZimmerFrei, collectif basé à Bologne dont elle est cofondatrice, elle crée des installations visuelles et sonores explorant des environnements réels et imaginaires où mental et physique se fondent en une histoire personnelle.

Dominique Roodhooft (BE) est à la fois comédienne, metteur en scène et directrice artistique du Corridor, maison de production et de créations contemporaines pour les arts vivants à Liège.

Myriam Sahraoui (NL/MA) est metteure en scène, actrice et chercheuse. Elle a co-créé la Compagnie Zina à Slotemeer (Amsterdam) avec laquelle elle mène des activités pour la communauté locale. Moitié marocaine, moitié néerlandaise, Myriam Sahraoui a toujours intégré ces deux mondes dans son travail. Elly Ludenhoff est productrice de théâtre au centre pour la liberté d'expression, l'art et la politique 'De Balie' à Amsterdam. En 2004, elle a rencontré Adelheid Roosen, avec qui elle a créé la plateforme Zina, rejointes par Myriam Sahraoui et Nazmiye Oral. Elles souhaitent mettre en valeur la rencontre dans la diversité et partager la beauté du vivre ensemble.

Elvira Santamaria Torres (MX) est performeure. Son travail passe par l'art action et prend de nombreuses formes: performance de chambre, interventions dans l'espace public, installation duratives... Aujourd'hui, elle réalise des actions/interventions urbaines et des installations in-situ.

Tom Sellar (US) est rédacteur en chef de Theater Magazine, la revue de Yale consacrée aux arts de la scène et aux arts vivants, professeur de Dramaturgie et de critique, et curateur de Prelude 2016.

Anne Thuot (BE) est performeure et metteure en scène. Elle a mis en scène pour le Groupe Toc et collaboré avec les collectifs Transquinquennal, Dito’Dito, le jeune théâtre flamand Bronks et les chorégraphes Hans Van Den Broeck et Jérôme Bel. Dernièrement, elle a crée Wild et J’ai enduré vos discours et j’ai l’oreille en feu en écriture collective avec Caroline Lamarche. Elle est parallèlement artiste associée au Centre Dramatique Wallonie Enfance et Jeunesse et professeur à l’INSAS.                                                                                                                             

Joan Tronto (US) est aujourd’hui professeure de sciences politiques à l’université du Minnesota. Elle a consacré sa carrière à l’analyse des valeurs et raisonnements moraux qui caractérisent les sociétés occidentales contemporaines. Elle s’est en particulier intéressée à un ensemble de pratiques dont la portée théorique et politique a longtemps été négligée : le care. Le terme embrasse diverses conduites où s’entrelacent sollicitude, prise en charge, soin, accompagnement, responsabilité, etc.



 

Illustration

Le CIFAS fait appel à des dessinateurs contemporains pour illustrer sa communication.

Felicie Haymoz illustre SIGNAL depuis 2014.

 

Félicie Haymoz aime passer la journée bien au chaud avec une tasse de thé, des crayons et une illustration à remettre pour la semaine passée. Née en Suisse, elle étudie à l'Académie Royale des Beaux-Arts. Elle crée des personnages pour des films d'animation et a créé entre autres les personnages de Fantastic Mr.Fox de Wes Anderson.

Elle sort parfois de chez elle pour collaborer avec d'autres artistes sur des projets de films et de clips, elle emporte alors tout simplement un thermos de thé.