27 Septembre 2017 > 1 Octobre 2017
10 euros/jour (déjeuner compris)
25 euros/pass 4 jours (déjeuner compris)
Inscriptions avant le 20.09.2017
(ATTENTION: veuillez indiquer les ateliers que vous voulez suivre les après-midi dans la section "Commentaires")

L'inscription peut se faire via le formulaire accessible sur ce site version classique.
La Urban Academy s’adresse aux artistes, opérateurs culturels, producteurs, mandataires politiques, étudiants, acteurs sociaux de terrain et à tous les citoyens intéressés par l’art dans l’espace public.
Français et anglais (traduction simultanée / facilitation)
Débats et ateliers :
La Bellone, 27 > 29.09, 10:00-17:30, et 30.09, 10:30-12:30.
Interventions urbaines :
Bruxelles, Anderlecht, Molenbeek: 30.09 et 01.10, 13:00-22:00.
SIGNAL #6

L’art du rassemblement
27.09 > 01.10.2017
La Bellone et dans les rues de Bruxelles, Molenbeek, Anderlecht

Qu’est-ce qui nous rassemble ? Qu’est-ce qui nous relie ? Qu’est-ce qui nous met en mouvement ?
« Nous » : famille, meute, bande, clan, groupe, communauté, classe ou société, nous ne sommes plus les mêmes dès lors que nous sommes au pluriel.

Pour penser et panser les plaies de la ville – celles encore fraîches du terrorisme, qui nous laisse en convalescence sécuritaire ; celles du déchirement social, qui veut nous diviser ; celles des pics de pollution, qui ne s’arrêtent à aucun quartier – les défis doivent être envisagés en commun, et le commun est un des plus grands défis.

Comment partageons-nous, en commun ?
Comment agissons-nous, de concert ?
Comment nous réunissons-nous, ensemble ?

Urban Academy
Mercredi 27.09 - 10:00 > 17:30
Jeudi 28.09 - 10:00 > 17:30
Vendredi 29.09 - 10:00 > 17:30
Samedi 30.09 - 10:30 > 12:30

Les trois journées de débats et de recherche de SIGNAL – prolongées par les « conclusions prospectives » du samedi matin – prendront cette année une forme délibérément plus collective en matinée, sous l’égide de l’activiste et journaliste Peggy Pierrot. Les ateliers de l’après-midi seront comme à l’accoutumée consacrés à la rencontre avec des pratiques artistiques urbaines venues d’ailleurs – cette année d’Allemagne, du Canada, de Finlande, de Grèce, d’Inde, d’Italie, de Moldavie et du Royaume-Uni.

Special Guests : The Yes Men
Mercredi 27.09 - 20:00

Hors format habituel de l’université, et en partenariat avec la Fabrique de théâtre, nous accueillons cette année les artivistes américains les Yes Men, qui mènent également un atelier donnant lieu à une performance présentée dans le programme public de SIGNAL, face à la Bourse, samedi après-midi

IN SITU Space
Depuis 2016, certains des ateliers donnés dans le cadre de SIGNAL sont consacrés à des pratiques de membres de la plateforme IN SITU, dont le Cifas fait partie. L’an passé, nous avions invité l’association PLACCC de Budapest. Cette année, nous accueillons Vladimir Us, responsable de l’association Oberliht à Chisinau (Moldavie), et Linda Di Pietro, directrice du festival de Terni (Italie).

Invités
Avec, sous réserves : Vassia A. Vanezi (CY/GR), Eero Yli-Vakkuri (FI), Brigitte Mounier (FR), Mammalian Diving Reflex (CA), Linda Di Pietro (IT), Lotte Lindner et Till Steinbrenner (DE), Vladimir Us (MD), Martina Angelotti (IT), Leandre D’Souza (IN)...


SIGNAL est soutenu par la Ville de Bruxelles, l’Institut finlandais, Art Promotion Centre Finland et Frame Contemporary Art Finland ; en collaboration avec La Bellone, la Fabrique de Théâtre et Nuit Blanche, avec l’aide du Salomon R. Guggenheim Museum, de l’Athénée Royal Serge Creuz, de la Ferme du Parc Maximilien et de la Direction de la Sécurité Publique de la police fédérale.


Programme et horaires en construction, bientôt plus d'informations.
En attendant, prenez date!

Programme

Mercredi 27 septembre

Composer le commun / Composing the Common

Les laissés-pour-compte de l’universalisme, en redessinant d’autres cartes, mettent en évidence ce point longtemps aveugle : le commun est en fait un espace de pensée et d’action toujours à construire. Comment procéder pour composer le commun d’aujourd’hui ? À quoi pourrait-il ressembler, au regard des contraintes auxquelles sont soumis les corps urbains ? Et que peut faire l’art vivant dans l'espace public pour contribuer à sa composition? Dans quels cadres, et à quelles conditions ?

10:00 > 13:00
Table ronde avec Avec Vassia A. Vanezi (CY/GR), Leandre D’Souza / ArtOxygen, Mumbai (IN), Peggy Pierrot (BE), Eero Yli-Vakkuri (FI)

14:00 > 17:00
Ateliers au choix:
Atelier mené par Vassia A. Vanezi (CY/GR)
Atelier mené par Leandre D’Souza / ArtOxygen, Mumbai (IN)
Atelier mené par Eero Yli-Vakkuri (FI)

17:00 > 17:30
Résumé de la journée

17:00 > 20:00
Intervention urbaine
"Où allez-vous" / Eero Yli-Vakkuri

20:00 > 22:00
Conférence des Yes Men

Jeudi 28 septembre

Le plus grand commun diviseur ? / The Greatest Common Divisor ?

Notre identité collective universelle est symboliquement en ruine. Mais aussi bien vivante, renaissant de ses cendres nationalistes, à coup de frontières et de fils barbelés. Derrière ces murs, à quel « Nous » appartenons-nous ? Comment pouvons-nous embrasser, ensemble, des histoires, des luttes, des parcours parfois contradictoires ? Comment pouvons-nous légitimement nous emparer du commun, quels que soient nos origines, parcours sociaux ou culturels ? Comment les arts et la culture peuvent-ils être des outils du commun, et non diviser ceux qui peuvent y accéder et les autres ?

10:00 > 13:00
Table ronde avec Linda Di Pietro / Festival di Terni (IT), Peggy Pierrot (BE), Lotte Lindner et Till Steinbrenner (DE), Eva Verity / Mammalian Diving Reflex (CA)

14:00 > 17:00
Ateliers au choix:
Atelier mené par Linda Di Pietro / Festival di Terni (IT)
Atelier mené par Lotte Lindner et Till Steinbrenner (DE)
Atelier mené par Eva Verity / Mammalian Diving Reflex (CA)

17:00 > 17:30
Résumé de la journée

17:00 > 20:00
Intervention urbaine 
"Où allez-vous" / Eero Yli-Vakkuri

Vendredi 29 septembre

Revendiquons le commun ! / Reclaim the Common !

Quand les corps se rassemblent dans l’espace public pour le revendiquer, s’affirme l'expression du commun auquel nous aspirons. De la rue la nuit à l'accès aux soins, des Zones à défendre aux fêtes solaires, de la désobéissance civile au fauchage d'OGM, du droit au logement aux luttes pour la vie à nos frontières… Quelle place prennent les artistes dans ces mouvements de réappropriation du commun ? Que peuvent faire les arts vivants, en particulier ceux investissant l’espace urbain, face à l'éclatement des territoires, la privatisation des espaces publics ? Pour mieux revendiquer le commun, faut-il contribuer aux actions de rupture, ou prendre possession des structures en place ?

6:30 > 9:00
Party: Wake up Brussels! 
(Bientôt plus d'information pour les inscriptions)

10:00 > 13:00
Table ronde avec Martina Angelotti / Careof (IT), Brigitte Mounier / Le Manifeste (FR), Peggy Pierrot (BE), Vladimir Us / Oberliht (MD)

14:00 > 17:00
Ateliers au choix:
Atelier mené par Martina Angelotti / Careof (IT)
Atelier mené par Brigitte Mounier / Le Manifeste (FR)
Atelier mené par Vladimir Us / Oberliht (MD)

17:00 > 17:30
Résumé de la journée

17:00 > 20:00
Intervention urbaine 
"Où allez-vous" / Eero Yli-Vakkuri

17:00 > 20:00
Intervention urbaine 
"Home Sweet Home" / Subject to Change

Samedi 30 septembre

10:30 > 12:30
Conclusions

12:00 > 22:00
Interventions urbaines

Dimanche 1 octobre

12:00 > 20:00
Interventions urbaines

 

Intervenants

Peggy Pierrot est responsable pédagogique et tutrice des Ateliers des Horizons (ex-école du Magasin, Grenoble, France), après avoir travaillé à la refonte du programme avec l'équipe du Magasin. Elle travaille principalement à Bruxelles avec différentes associations et structures pédagogiques ou de recherche. Ses sujets vont des médias et technologies à l'écriture, des sciences humaines à la science-fiction. Elle travaille particulièrement sur les enjeux du travail collectif et sur les liens entre bien-être, self-help et précariat chez les travailleurs de l'internet. 

Leandre D'Souza (IN) détient un master en critique d’art de la City University (Londres). Elle dirige ArtOxygen (ArtO2) à Mumbai depuis 2009, dont la mission principale est la programmation et la production de projets d’art dans l’espace public. Depuis 2010, elle organise [en]counters, un festival traitant des enjeux affectant la vie quotidienne à Bombay. Elle a travaillé comme curatrice avec la Biennale Haein Art Project en Corée du Sud en 2013, mais également comme curatrice indépendante pour le Sensorium 2015/16 Art Festival au Centre d’Arts Sunaparanta à Goa. En 2014, elle a reçu le prix Culture and Change octroyé par le Fonds Prince Claus pour la Culture et le développement. 

Vladimir Us est un artiste et curateur basé à Chisinau, Moldavie, et membre fondateur de l’Oberliht Young Artists Association. Il a étudié l’art, la programmation et le management culturel ainsi que les politiques culturelles à Chisinau, Grenoble et Belgrade. A travers ses travaux et projets récents, il examine les processus de transformation de l’espace public dans les villes post-soviétiques parallèlement au besoin de conceptualisation d’un réseau d’espaces publics à Chisinau. 

Vassia A. Vanezi est une artiste plasticienne chypriote grecque basée à Athènes. Elle possède une formation pluridisciplinaire dans les beaux-arts, la théorie politique et la musique. Sa pratique, socialement engagée, l’a menée à diriger pendant 12 ans le studio d’art de STROFI, une communauté thérapeutique destinée aux jeunes toxicomanes. Elle s’inspire dans ses recherches actuelles des matériaux issus de l’art folklorique traditionnel chypriote grec. En 2017, dans le cadre de la Documenta 14 à Athènes, elle a mis en place le projet Weaving together, axé sur les manières de créer du savoir par le rassemblement, le partage de souvenirs et le développement en commun d’une œuvre d’art.

Curatrice, critique d’art, et maître de conférences, Martina Angelotti (IT) travaille sur des projets et expo­sitions en lien avec l’art public et participatif, le film et la performance. Elle est la directrice artistique de Careof, une association pour l’art contemporain basée à Milan, et est fondatrice et curatrice de ON, un projet d’art public dont elle développe actuellement une édition spéciale axée sur les connexions entre ville, logistique et travail, dans le contexte de l’extension du port de Gênes. Elle organise également séminaires et workshops, écrit pour Domus Magazine, et a récemment a été co-curatrice de la version italienne de Grand Domestic Revolution en collaboration avec Casco (Utrecht).

Après plus de 4000 représentations sur les planches et dans les airs, du Théâtre national de l’Odéon au cirque Jean Richard en passant par les lieux emblématiques de la décentralisation, Brigitte Mounier se pose dans les dunes de la Côte d’Opale où elle crée la Compagnie des Mers du Nord et théâtralise l’histoire des Hommes. En 2004 elle invente un rassemblement international de spectacle vivant « Le Manifeste » lors de sa résidence dans la ville de Grande-Synthe, où chaque été depuis 14 ans, se rencontrent désormais acteurs, penseurs, jongleurs d’utopie, d’arts et d’humanité.

Eva Verity est directrice de la production artistique et artiste associée de Mammalian Diving Reflex, une compagnie de performance et art-recherche dont le travail-cible porte sur des créations in situ et sociales avec des communautés locales. Eva a dirigé et produit les performances collaboratives de Mammalian avec des enfants, des jeunes ou des seniors dans des villes partout dans le monde. La méthodologie principale de la compagnie, « l’acupuncture sociale », est créée pour briser les barrières entre des individus de tous âges, origines culturelles, économiques et sociales, afin de susciter la générosité dans la sphère sociale. www.mammalian.ca

Linda di Pietro (1978, IT) est convaincue que la culture et l’art sont les outils principaux du changement. Elle s’est investie depuis 8 ans dans la reconversion et la direction du CAOS arts centre (Terni), un centre culturel multidisciplinaire de 6000 m² né sur les cendres de l’ancienne usine chimique SIRI. Elle est actuellement la directrice artistique du Terni International Performing Arts Festival qu’elle a créé il y a 12 ans. Chargée de cours invitée au SAIC à Chicago, conseillère de @IETM International Performing Arts Network et présidente de @ProgettoRena, elle mène depuis 4 ans son action la plus révolutionnaire : « Pietro ».

Amalia Pica est née en 1978 à Nequén en Argentine, elle vit et travaille actuellement à Londres (UK). La question de la communication, de l’énonciation et de la nature performative du langage - verbal ou non - est l’un des centres d’intérêts principaux de l’artiste, qui en explore les systèmes et fonctionnements. Au travers de la sculpture, la photographie, l’installation, la performance ou encore de la vidéo, son travail s’attache à définir des codes communicationnels qui nous seraient communs, au-delà des barrières du langage.

Le travail de Robin Pourbaix (BE) oscille entre diverses techniques : l’installation, la performance, la vidéo, la photographie, la peinture et le dessin. L’élément essentiel de sa démarche est le déplacement de contexte. Par des moyens simples, il questionne entre autres les codes sociaux. Les installations qu’il crée sont des espaces à la fois réflectifs, poétiques et sémantiques. L’humour et la dérision font partie du processus utilisé ; avec une douce ironie, il nous invite à d’autres lectures possibles de nos réalités.
 

John Court (1969, UK), est diplômé de la Camberwell School of Art de Londres et de la Norwich School of Art and Design. Depuis 1997, il vit et travaille en Laponie, près du cercle arctique. Ses productions incluent performances, sculptures et vidéos, mais son travail est également lié de manière fondamentale au dessin, au temps, à l’endurance physique ainsi qu’à son expérience de dyslexie sévère. Ses performances ont captivé de nombreux spectateurs lors d’événements tels que Infr’Action Venezia (IT, 2013), SpaceX Gallery Exeter (UK, 2012), Guangzhou Live Art Festival (CN, 2016), ANTI Contemporary Art Festival (FI, 2010), ainsi que les Biennales de Venise (2005) et de Liverpool (2004).

Anna Rispoli (BE) utilise les espaces communs de manière inattendue, via des pratiques participatives. Elle remet en question les possibilités conceptuelles et options esthétiques entre espaces publics et privés. Avec ZimmerFrei, collectif basé à Bologne dont elle est cofondatrice, elle crée des installations visuelles et sonores explorant des environnements réels et imaginaires où mental et physique se fondent en une histoire personnelle.

Lotte Lindner & Till Steinbrenner vivent et travaillent à Hanovre, Allemagne. Ils ont étudié la performance avec Marina Abramović à l’école d’art de Braunschweig, et travaillent ensemble depuis 2002. Lotte et Till développent des performances in situ, en travaillant sur les attentes et utilisations particulière liées au lieu qui les accueille. Leur travail vise à créer des situations dans lesquelles les observateurs deviennent des participants qui activent l’œuvre par leur seule présence. Leur travail a été récompensé par de nombreux prix en Allemagne. Ils ont été professeurs invités de Université des Arts de Munich.