La Marche du 10 mai 2020

En ces temps délicats où il convient d’être attentif.ve à soi et aux autres, nous avons convié plusieurs artistes à proposer une action/réflexion artistique au départ de notre situation commune de confinement et de ses conséquences sur la notion d’espace public.


Ce 10 mai 2020, dernier jour du confinement strict en France, l'artiste performeuse Kubra Khademi arpente la ville de Paris, depuis le 20ème arrondissement jusqu'à la Tour Eiffel.

Les sorties limitées à un rayon d'un kilomètre autour du domicile ont donné à Kubra Khademi l'impression que marcher en ville s'apparente à l'escalade de l'Everest.
Sa marche processuelle a lieu le dernier jour du confinement strict en France. De 8h à 20h, l'artiste marche, bâton de randonnée en main, jusqu'à arriver à son point final, la Tour Eiffel, où elle plantera un drapeau blanc.

Son statement artistique prend la forme de l'attestation de déplacement dérogatoire obligatoire en France, dûment complétée par l'artiste.

En collaboration avec Latitudes Contemporaines.
Photos: Camille Graule

 

Kubra Khademi

Kubra Khademi est une artiste afghane née en 1989. Performeure et féministe, elle explore par son travail sa vie de femme et de réfugiée. Kubra Khademi a étudié les arts plastiques à l’Université de Kaboul, et à l’Université Beaconhouse de Lahore au Pakistan. C’est là qu’elle a commencé à créer des performances pour l’espace public. Travail qu’elle a continué à son retour à Kaboul, avec en filigrane une certaine critique de cette société patriarcale totalement dominée par les hommes. En 2015, elle performe Armor dans les rues de Kaboul. Suite à cette performance très polémique, elle est menacée de mort et forcée de fuir son pays dans les jours qui suivent. Elle est aujourd’hui basée à Paris. Elle a reçu le titre de Chevalier de l’Ordre des Arts et des lettres par le Ministre de la Culture en France.

L'espace Public Confiné

 

Cela fait 10 ans que le CIFAS s’intéresse au travail artistique dans l’espace public. Nous investissons la ville comme espace ouvert de réflexion et d’action, en y organisant des ateliers, des débats et des interventions artistiques.

Dans cet espace public, le rôle de l’artiste est complexe et varié : offrir de nouvelles perspectives esthétiques, créer du lien social, réinventer les spectateur·rice·s, contribuer au renouveau urbain… Les stratégies artistiques à y déployer rencontrent des nécessités et des contraintes bien différentes des espaces habituellement réservés à l’art (salles de théâtre ou d’exposition).

Aujourd’hui, avec la crise liée à la propagation du Covid-19, l’espace public est mis à mal : il n’est plus possible de se déplacer, se croiser, se côtoyer ou se réunir. Choc social que nous vivons chacun·e confiné·e·s dans nos sphères privées. Alors comment faire de l’art à l’heure où chacun·e craint pour sa santé et celles de ses proches, et se demande quand et comment il sera possible de retrouver une vie urbaine? Existe-t-il un art du confinement ? Quelles stratégies artistiques inventer pour continuer de créer dans ces conditions ? Qu’est devenu l’espace public aujourd’hui ?

En ces temps délicats où il convient d’être attentif.ve à soi et aux autres, nous avons convié plusieurs artistes à proposer une action/réflexion artistique au départ de notre situation commune de confinement et de ses conséquences sur la notion d’espace public.