1 Mai 2020 > 30 Mai 2020
Le sens perdu

En ces temps délicats où il convient d’être attentif.ve à soi et aux autres, nous avons convié plusieurs artistes à proposer une action/réflexion artistique au départ de notre situation commune de confinement et de ses conséquences sur la notion d’espace public.


Artiste plasticien bruxellois, Stephan Goldrajch travaille à partir de matières textiles avec lesquelles il crée des masques, de la broderie, des installations, des dessins, des légendes, des performances… Sa démarche repose sur l’impératif du lien social.

Le sens perdu

Suite à notre proposition, Stephan Goldrajch a voulu rencontrer et questionner des personnes sourdes sur les difficultés communicationnelles rencontrées face au port du masque devenu généralisé.

Pour ce faire, il a d'abord créé un masque tricoté et crocheté qu'il a appelé "Un sens perdu".

Ce masque a ensuite été dessiné et transmis à de nombreuses personnes sourdes, notamment dans plusieurs écoles spécialisées.
L'IRSA (Institut Royal pour Sourds et Aveugles) en a commandé une fresque que Stephan a réalisée dans la cour de l'école, elle a ensuite été coloriée par les élèves.

Le fruit des nombreuses rencontres permises par ce projet sera exprimé sur la place publique lors d'une nouvelle étape de travail. 

L'espace public confiné

Cela fait 10 ans que le CIFAS s’intéresse au travail artistique dans l’espace public. Nous investissons la ville comme espace ouvert de réflexion et d’action, en y organisant des ateliers, des débats et des interventions artistiques.

Dans cet espace public, le rôle de l’artiste est complexe et varié : offrir de nouvelles perspectives esthétiques, créer du lien social, réinventer les spectateur·rice·s, contribuer au renouveau urbain… Les stratégies artistiques à y déployer rencontrent des nécessités et des contraintes bien différentes des espaces habituellement réservés à l’art (salles de théâtre ou d’exposition).

Aujourd’hui, avec la crise liée à la propagation du Covid-19, l’espace public est mis à mal : il n’est plus possible de se déplacer, se croiser, se côtoyer ou se réunir. Choc social que nous vivons chacun·e confiné·e·s dans nos sphères privées. Alors comment faire de l’art à l’heure où chacun·e craint pour sa santé et celles de ses proches, et se demande quand et comment il sera possible de retrouver une vie urbaine? Existe-t-il un art du confinement ? Quelles stratégies artistiques inventer pour continuer de créer dans ces conditions ? Qu’est devenu l’espace public aujourd’hui ?

En ces temps délicats où il convient d’être attentif.ve à soi et aux autres, nous avons convié plusieurs artistes à proposer une action/réflexion artistique au départ de notre situation commune de confinement et de ses conséquences sur la notion d’espace public.