Version imprimablePrintable version
La Bellone / Espace public
27 Août 2014 > 30 Août 2014
10 euros/jour (déjeuner compris)
25 euros/pass 4 jours (déjeuner compris)
Inscriptions avant le 20.08.2014

ATTENTION: vous ne devez pas nous envoyer de CV et de lettre de motivation. Un mail avec vos coordonnées suffit.

L'inscription peut se faire via le formulaire accessible sur ce site version classique.
Français et anglais (traduction simultanée / facilitation)
27 > 30 août 2014
9 - 16h: Université d'été
17h: Interventions urbaines
La Bellone
46 rue de Flandre
Bruxelles 1000
SIGNAL

Signal, quatre jours pour explorer les relations entre l'art vivant et la ville avec des débats, des rencontres, des ateliers pratiques et des interventions urbaines.

L’université d’été du Cifas, consacrée aux relations entre art vivant et espace public, use de la notion de « l’autre », pour trois journées explorant de manière dynamique les tensions entre ville cachée et ville rêvée, ghettos plus ou moins barricadés et rencontres impromptues, savoir-vivre policé et participation obligatoire. Dans ces rapports complexes qui trament notre quotidien urbain, quel(s) rôle(s) les artistes, opérateurs culturels et acteurs des politiques culturelles veulent-ils jouer ?

L’université s’étend cette année à une programmation d’œuvres vivantes et éphémères dans l’espace public, qui prolongent la réflexion, mais s’adressent avant tout aux citoyens et usagers de la ville, dans quatre quartiers de Bruxelles.

Voici un aperçu du programme:

Mercredi 27 août

9h > 12h : Session plénière
La ville autre - Invisible vs Utopique
Éclaireur : Roberto Fratini

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers
Par Public Movement (IL), Ludvig Duregård (SE) et Sheila Ghelani (UK)

17h : Intervention urbaine engagée
Frank Bölter, Origami Refugee Camp – place du Béguinage

Jeudi 28 août

9h > 12h : Session plénière
La ville de l'autre - Ghettos vs Rencontres
Éclaireuse : Marie-Sophie Peyre

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers
Par Tania El Khoury (LB), Heba El Cheikh / Mahatat (EG) et Frank Bölter (DE)

17h : Intervention urbaine politique
Public Movement (IL), Positions – Esplanade du Parlement Européen

Vendredi 29 août

9h > 12h : Session plénière
La ville avec l'autre - Communauté vs Incivilité
Éclaireur : Claude Katz

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers

Par XTNT (FR), Steven Cohen (ZU) et Kom.Post (FR/DE)

17h : Intervention urbaine ludique
Ljud, Lulu Project – Gare centrale et alentours

Samedi 30 août

10h > 13h : Table ronde

L’art dans la ville, quel autre futur ?

13h30: Déjeuner (si le temps le permet : Pique-nique au parc !)

13h > 18h : Intervention urbaine méditative
French & Mottershead, Afterlife – Parc d’Egmont


En collaboration avec La Bellone

27.08: La ville autre

Mercredi 27 août

9h > 12h : Session plénière

La ville autre - Invisible vs Utopique

D’un côté, la ville cachée, celle des végétations nouvelles et des plantes dites invasives, des populations animales qui vivent à nos côtés sans que nous décelions leur existence, des récits humains effacés, des couches archéologiques cachées, des nappes phréatiques dissimulées, des catacombes et des jardins secrets… De l’autre, une ville « durable », où le bruit, la pollution atmosphérique, la violence, l’insécurité, la solitude seraient jugulés, une ville… qui serait presque la campagne.

Éclaireur : Roberto Fratini
Avec Dana Yahalomi (Public Movement), Ludvig Duregård, Sheila Ghelani.

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers
 

1. "Public Movement et la ville" par Public Movement (IL)
Le workshop sera divisé en deux parties: une discussion ouverte et une sortie dans la ville. A partir d'extraits de journaux télévisés, de documents vidéo et de performances publiques, nous analyserons et ferons une cartographie des chorégraphies possibles dans l'espace public. Après cette discussion, nous sortirons dans le centre de Bruxelles pour une petite exploration de mouvements et de motifs de groupe.
(En anglais, avec facilitation vers le français)

2. "La valeur sociale de l'art dans l'espace public" par Ludvig Duregard (SE)
Au cours de l'atelier, nous aborderons des questions clés sur l'art dans l'espace public. Nous en explorerons les valeurs (in)tangibles, leur mesurabilité et les possibilités de créer et présenter un travail artistique dans l'espace public. Qu'apportent les interventions artistiques à l'espace public? Comment défendre leur valeur et leur intérêt auprès des financeurs et programmateurs? Quels sont nos besoins pour avoir un plus grand impact dans les villes où nous travaillons?
(En anglais, avec facilitation vers le français)

3. "Penser (peut-être) au rat" par Sheila Ghelani (UK)
Ces dernières années, Sheila a développé "Randonnées avec la Nature", un travail qui explore "la haie" de différents points de vue, à partir de formes artistiques variées et avec de nombreux collaborateurs: artistes, illustrateurs, musiciens, écologistes, jardiniers, enthousiastes de la vie sauvage et autres butineurs. Ensemble, ils ont fait une série de Randonnées, utilisant la haie comme point de départ, comme "colonne vertébrale". 
Au milieu. Sur les bords. Aux frontières.
Dans cet atelier, Sheila proposera aux participants de mener leur propre petite "Randonnée avec la Nature" (conceptuelle ou réelle, seuls ou en groupe) en commençant (peut-être) par penser au rat... A travers ce filtre, ils traqueront les histoires, les activités et les corps urbains qui ne se voient pas. Focales ouvertes au maximum. Comme des détectives. Le groupe partira à la recherche de ce qui est caché, inaperçu, négligé. Alertes aux animaux, insectes, limites et frontières. Le petit. L'invisible. L'oublié. Chaque participant partira équipé d'outils et d'instructions qui le feront avancer dans sa propre pratique. 
(En anglais, avec facilitation vers le français)

 

17h : Intervention urbaine engagée

Frank Bölter, Origami Refugee Camp – place du Béguinage

L’artiste allemand Frank Bölter conçoit des constructions de papier, éphémères, qui interrogent poétiquement l’espace où elles se plient. Pour Signal, il initie un projet qui connaîtra quelques semaines plus tard une autre occurrence durant le festival Kanal. Un « camp de réfugiés » en forme d’origami, qui prendra place d’abord face à l’Église du Béguinage, pour essaimer peut-être… et aller jusqu’au canal. Une interpellation à nos représentants politiques (notamment européens) et à nous-mêmes, sur la place que nous voulons donner aux réfugiés dans la société.

28.08: La ville de l’autre

Jeudi 28 août

9h > 12h : Session plénière

La ville de l'autre - Ghettos vs Rencontres

C’est la ville des différences, individuelles et communautaires. La ville des ghettos, riches et pauvres, de classes et de cultures, la ville où coexistent, parfois difficilement, les contraires, la ville des limites marquées socialement et/ou par l’urbanisme… mais aussi la ville des espaces de rencontres, publics ou privés, et des rencontres inopinées, amicales, amoureuses ou sexuelles… que l’on ne peut faire qu’en ville.

Éclaireuse : Marie-Sophie Peyre
Avec Tania El Khoury, Heba El Cheikh (Mahatat), Frank Bölter, Wim Embrecht.

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers
 

1. "La ville et sa mer" par Tania El Khoury (LB)
Au cours de l'atelier, nous parlerons du droit d'accès à la mer et de la lutte pour l'espace public à Beyrouth. En effet, une lutte est actuellement en cours pour réclamer le bord de mer et s'opposer à la privatisation du dernier morceau de terre accédant à la mer. Nous verrons également des performances et nous aborderons les résultats de recherche du Groupe Dictaphone avec le projet "Cette mer m'appartient" ainsi que les travaux d'artistes et activistes de plusieurs villes qui se battent pour le droit d'accès à la mer et le droit à la ville dont ils rêvent.
(En anglais, facilitation vers le français)

2. "L'art en contexte. Comment les différents espaces publics changent la nature d'une intervention artistique" par Heba El Cheikh (EG)
Dans le but de comprendre l'impact des contextes socio-économique, spatial, et culturel d'une intervention artistique dans l'espace public, et à partir de l'expérience de Mahatat en Egyptel'atelier comprendra une présentation visuelle de différentes interventions artistiques dans l'espace public en Egypte, un brainstorming guidé sur différents contextes, les leçons apprises et des réflexions.
Mahatat
est une initiative basée au Caire pour l'art dans l'espace public et l'art communautaire. La structure a été fondée en 2011 par cinq personnes de professions et de pays
différents. Mahatat oeuvre pour une société où l'art contemporain serait accessible et visible dans la vie quotidienne et dans les espaces publics. Mahatat travaille à l'accessibilité et à la décentralisation de l'art contemporain en développant l'art dans l'espace public et les projets d'art communautaire au Caire et dans différentes régions autour du Nil.
(En français et/ou anglais, facilitation vers l'anglais et/ou français)

3. "Making of Origami Refugee Camp" par Frank Bölter (DE)
Frank Bölter nous parlera de son travail, notamment du projet "Origami Refugee Camp" qu'il a réalisé pour Signal. Ensuite, avec des réfugiés, des demandeurs d'asile et des activistes, Frank Bölter propose de rassembler les forces pour construire une maison en papier pliée en origami qui sera ensuite transportée à travers la ville.
(En anglais, facilitation vers le français)


17h : Intervention urbaine politique

Public Movement (IL), Positions – Esplanade du Parlement Européen

Le collectif israélien Public Movement  interroge les signifiants politiques inscrits dans l’urbanisme ou cachés dans le tissu urbain. Avec Positions, ils questionnent l’identité de chacun, au travers d’une action simple : dans un espace donné, choisi pour sa charge symbolique (ici, aux abords des sites de décision européens), une série de « déclarations » données par haut-parleurs et un système de « séparation » divisent physiquement les participants en groupes et interrogent leur adhésion à des questions éthiques et politiques – ici liées à l’identité européenne.

 

 

29.08: La ville avec l’autre

Vendredi 29 août

9h > 12h : Session plénière

La ville avec l'autre - Communauté vs Incivilité


C’est la ville de la communauté que nous formons, volontairement ou malgré nous, avec les autres. Ce sont les règles policées, imposées ou que nous nous imposons, pour mieux vivre ensemble, et celles que nous transgressons – quand nous traversons au feu rouge ou que nous bravons les règles de pudeur. Et ce sont toutes les manifestations – de voisinage, de quartier, ou réunissant, de manière impromptue, de parfaits inconnus – auxquelles nous participons, dans le désir et l’effort d’être ensemble, de faire communauté – manifestations qui se multiplient à mesure que les moyens de communication, plus performants, nous isolent physiquement.

Éclaireur : Claude Katz
Avec Ludovic Nobileau & Antonia Taddei (XTNT), Steven Cohen, Jennifer Bonn, Caroline Masini & Laurie Bellanca (Kom.Post) et Agnès Quackels.

12h > 13h : Déjeuner

13h > 16h : Ateliers


1. "Le code de déconduite" par XTNT (FR)
Xtnt prépare actuellement un code de déconduite “Side by Side” qui devrait permettre aux artistes de mieux appréhender les “mauvaises manières” de se comporter dans l’espace public. 
Ludovic Nobileau, fondateur de XTNT, vous présentera ce projet, au cours d’une conférence basée sur ses experiences d’interventions dans l’espace public. Elle sera suivie d’exercices pratiques improvisés.

2. "Scénographie corporelle - Comment regarder notre intérieur de l'extérieur?" par Steven Cohen (ZU)
Steven Cohen a développé un concept de "scénographie corporelle", utilisant le corps comme espace scénique, travaillant sur l'esprit, la respitation, le mouvement, le temps et la lumière avec des objets, accessoires et costumes comme extensions du corps. Ensuite, l'idée est de voir ce que cela donne dans l'espace public. C'est amusant, très amusant. 
Chaque participant apportera trois objets de n'importe quelle taille/forme/matière qui ont une signification particulière à ses yeux. Amenez vêtements confortable et ouverture d'esprit. 
(En anglais, facilitation vers le français)

Suite à un cas de force majeure, Steven Cohen doit malheureusement annuler sa présence à l'université d'été.

3. “Contre tous, tout contre” par Kom.post (FR/DE)
Dans le cadre d'une nouvelle ligne de recherche qui se déroulera de 2014 à 2017, kom.post propose d'aborder et d'interroger la choralité comme un lieu de dissensus. Le collectif désire faire de ce rendez-vous une première expérimentation mettant en jeu la question d'une voix multiple - composée et composante, polysémique et polyphonique -, celle d'un "territoire" (réel et fantasmé) à occuper.
Comment le dissensus peut-il constituer un générateur de narrations et participer de la fabrication d'un récit collectif, complexe et hétérogène ?
C'est à l'encontre des séparations, ségrégations et communautarismes impulsés par le choix des aménagements même des villes, que cette recherche sur le chœur peut faire émerger de nouveaux modes de narrativités et de re-présentations individuelles, sociales et esthétiques.
Choralité : oralité et géographie. C'est autour de cette équation que, pour son intervention dans Signal, kom.post proposera de mettre en oeuvre une expérience physique et orale à partir d'un corpus de textes, de sons, d'images (de l'Oedipe de Sénèque aux chants de supporters sportifs, en passant par les performances de Francys Alÿs et les images du Standing Man sur les places d'Istanbul) qui, dans un premier temps, ouvrira une réflexion autour des nouvelles formes de choralités dans la ville contemporaine puis convoquera les participants à expérimenter différentes pratiques de regards, de récits et de physicalités.
(En français, facilitation vers l'anglais)



17h : Intervention urbaine ludique

Ljud, Lulu Project – gare centrale et alentours

Le collectif slovène Ljud, connu pour ses invasions de villes par des extraterrestres peu sympathiques ou revisitations de l’espace public comme collection d’art, développe, dans le cadre d’un workshop avec le Cifas et en collaboration avec des artistes locaux, un nouveau projet dans l’espace public, faisant usage des moyens contemporains de reproduction et dissémination des images (smartphones, réseaux sociaux…), et appelant le public à y collaborer avec ces mêmes outils.

 

30.08: Table ronde

Samedi 30 août

10h > 12h : Table ronde

L’art dans la ville, quel autre futur ?


Les intervenants des trois jours précédents reviennent sur les expériences théoriques et pratiques de la semaine, et, en prenant appui sur les questions des participants, réfléchissent à l’avenir de l’art vivant dans l’espace public, plus particulièrement dans le contexte bruxellois, notamment avec l’action du Cifas dans les temps à venir.

13h30 : Déjeuner
(si le temps le permet : Pique-nique au parc !)


13h > 18h: Intervention urbaine méditative

French & Mottershead, Afterlife – Parc d’Egmont

Que devient notre corps, au-delà de notre vie ? Le couple britannique formé par Rebecca French et Andrew Mottershead, dont le travail renvoie toujours le spectacteur à son autonomie, pose cette question à travers une expérience sensorielle individuelle, accompagnée d’un travail sonore. Les passants sont invités à expérimenter une brève méditation dans un cadre naturel, le Parc d’Egmont. A prendre, pendant cinq minutes, le temps de réfléchir à la transformation de nos organismes en éléments naturels, au « retour à la poussière »…

Interventions urbaines et publiques

Chacune des journées d’étude se clôture par des actions artistiques dans l’espace public.

Cette année, le Cifas tire parti de la réunion de talents et de l’intense émulation intellectuelle de l’Université d’été pour s’étendre à des actions artistiques dans l’espace public : des actions qui questionnent, remettent en perspective, ou tout simplement ré-enchantent l’espace urbain, dans sa diversité.

Ainsi, le programme studieux de l’Université se prolongera par quatre œuvres créées pour quatre zones très différentes de Bruxelles : la place du Béguinage ; les alentours de la Gare Centrale ; le quartier européen ; et le Parc d'Egmont.


Mercredi 27.08, 17h: Frank Bölter (DE), Origami Refugee Camp – Place du Béguinage

Jeudi 28.08, 17h: Public Movement (IL), Positions – Esplanade du Parlement Européen

Vendredi 29.08, 17h: Ljud (SI), Lulu Project – Gare centrale

Samedi 30.08, 13h > 18h: French & Mottershead (UK), Afterlife – Parc d'Egmont
 

 

Intervenants
(par ordre alphabétique)

Né à Lippstadt (Allemagne) en 1969, l’artiste plasticien Frank Bölter a présenté de nombreuses expositions avant d’élargir sa pratique artistique à la réalisation d’intervention en carton et papier dans l’espace public avec ses projets : «Akropolis-Linz», «Auf großer Fahrt» ou «Wellpapphaus/House – savoir vivre».
Il a notamment reçu de nombreux prix internationaux, dont l’International Print Triennal de Kanagawa (Japon) en 2001, le Art meets Industry Award de Herford (Allemagne) en 2006 et l’International Art Award Lulea Summer Biennal (Suède) en 2007.
www.frankboelter.de

Steven Cohen est né en 1962 en Afrique du Sud, il vit aujourd'hui à Lille. Performeur, chorégraphe et plasticien, il met en scène des interventions dans des lieux publics, dans des galeries d'art ou des théâtres. Son travail met en lumière ce qui est en marge de la société, à commencer par sa propre identité d'homme gay, juif et sud-africain. Le travail de Cohen a été présenté dans de nombreux festivals; au Festival d'Automne à Paris, au Munich Opera Festival, au Bavarian State Opera, à la première Aichi Triennale au Japon, au Festival Escena Contemporánea à Madrid, au Danae festival de Milan, à La Bâtie de Genève, au Festival  C/U (Body Mind) à Varsovie, au Festival Trouble des Halles de Schaerbeek, au Festival les Anticodes de Brest, au Oktoberdans festival à Bergen en Norvège,  au Festival d'Avignon et au National Arts Festival de Grahamstown en Afrique du Sud. Il a récemment participé à des expositions collectives au Musée d'Arts contemporains de Roskilde au Danemark (2014), à la Maison Rouge à Paris (2013), à la 11ème Biennale de La Havane (2012), au Beirut Art Centre (2012) à la Kunsthalle de Vienne (2011)au Musée d'Arts contemporains Kiasma d'Helsinki (2011) et à la National Gallery d'Afrique du Sud de Cape Town (2009-10).

Ludvig Duregård travaille pour Fresh Arts Coalition Europe (FACE), un réseau international d'organisations culturelles et d'artistes, qui soutient, encourage et informe sur la création pluridisciplinaire et les formes d’art émergentes telles que les arts du cirque contemporain, le théâtre physique, la manipulation d’objets, ainsi que toutes les formes d’art dans l’espace public, des projets spécifiques in-situ à des projets communautaires et participatifs. Ludvig Duregård est responsable du développement stratégique du Festival international de théâtre de rue de Halmstad. Il s'occupe également d'autres compagnies, de réseaux et d'organismes gouvernementaux tant au niveau européen que local.
http://www.fresh-europe.org/

Heba El Cheikh est activiste culturelle et co-fondatrice de Mahatat, structure dédiée à l'art contemporain en Egypte. Mahatat vise à la démocratisation du secteur culturel et tente de décentraliser le monde artsitique pour le rendre accessible à tous, que ce soit dans l'espace public ou dans le cadre de projets artistiques communautaires. En 2009, elle co-fonde le Journey Cultural Group à Alexandrie, visant à promouvoir la créativitéet  la pensée critique des jeunes à travers la culture et les arts. Son expérience va de l'interprétation au journalisme (radio et presse écrite) en passant par l'édition de site Web et l'activité culturelle. Ayant beaucoup voyagé, Heba a publié de nombreux articles dans des hebdomadaires et des magazines, en français et en arabe, explorant les arts et le voyage, les modes de vies locaux,  la culture et l'héritage à partir d'un travail de terrain.
http://mahatatcollective.com/en

Tania El Khoury travaille entre Londres et Beyrouth. Elle crée des performances interactives et difficiles dans lesquelles le public collabore activement. Le travail solo de Tania tourne partout dans le monde et elle a reçu de nombreux prix, notamment les prix Total Theatre Innovation et Arches Brick. Elle a co-fondé le groupe Dictaphone, un collectif de recherche et de performance qui vise à récupérer l'espace public au Liban.
http://taniaelkhoury.com/

Ancien « chef scout », travailleur social à New York (projet avec SDF) et travailleur de quartier à Molenbeek, Wim Embrecht travaille à Bruxelles depuis 20 ans sur les jonctions entre développement social et économique, culturel et urbanistique. Faire des « ponts » et « réaliser des  rêves » sont de mots clès dans son CV. Initiateur, inspirateur et directeur de Recyclart pendant 8 ans (projet pilote urbain né en 1997), coordinateur de BRXLBRAVOen 2007 (fête des arts à Bruxelles), initiateur, inspirateur et directeur de ART2WORK depuis 2007 et administrateur-délégué de Platform Kanal depuis 2009.

Roberto Fratini enseigne la Théorie de la Danse au Conservatoire de la danse et à l'Institut du Théâtre à Barcelone, la Méthodologie critique à l'université de L'Aquila, il collabore également avec de nombreuses institutions théâtrales et universitaires en Espagne et à l'international. Il dirige des cycles de formation en dramaturgie à La Caldera (Barcelone), à Pôle Sud (Strasbourg) en Suisse notamment à l’Usine (Genève), au Sevelin 36 (Lausanne), au  Dampfzentrale (Berne), et à la Tanzhaus (Zurich).
Il a été dramaturge pour les compagnies de Caterina Sagna, Inesperada, Germana Civera, Lanónima Imperial, Juan Carlos García, Silvano Voltolina, General Elèctrica, Roger Bernat...
Son oeuvre écrite se situe entre poésie, essais et littérature dramatique. Ses poèmes, "Nodo Parlato", ont été publiés en 2001. Son livre "A Contracuento. La Danza y las derivas del danzar" (Cuerpo de Letra) est paru en 2012. Le spectacle "Basso Ostinato" qu'il a mis en scène avec Catarina Sagna a gagné plusieurs prix: en 2009 il a été élu meilleur spectacle de l'année par l'Association de Critiques Français, et en 2013 il a emporté le prix FAD Sebastià Guash pour l'ensemble de son parcours artistique et intellectuel.

Rebecca French et Andrew Mottershead sont des artistes basés à Londres, leur travail se concentre sur les conventions d'échange social et leurs relations aux domaines public et privé dans lesquels ils se jouent. French & Mottershead ont exposé et joué dans de nombreux contextes internationaux : centres d'art, musées, galeries d'art, festivals d’arts visuels et de performance, biennales et dans l’espace public. Leur travail in situ s’est déroulé dans des lieux tels que des magasins, des journaux locaux de différentes villes internationales, l'Association antillaise des anciens militaires, une bibliothèque publique, une salle de billard à North Tampa, la chaîne d'approvisionnement du porc en Chine. Suite à leur exposition à la Site Gallery de Sheffield, leur livre « People, Places, Process : The Shops Project » rassemblant quatre années de recherche, documentation et travail artistique a été publié par la Site Gallery en 2010.
www.frenchmottershead.com

Le travail de Sheila Ghelani passe par la performance, l'installation et l'image en mouvement. Elle aime le poids des mots quand ils sont dits ou soutenus et assemble multitude d'objets et d'actions dans des motifs répétitifs très rassurants. Elle aime couper les choses, en casser d'autres pour ensuite les mélanger. Elle s'intéresse beaucoup à la médecine, aux soins et à la relation entre arts et sciences, avec un accent particulier sur l'hybridité.
Elle développe aujourd'hui un travail nommé "Randonnées avec la nature" qui explore la haie depuis des angles très différents et avec de nombreux collaborateurs. Par ailleurs, elle travaille actuellement avec les patients d'un hôpital, les résultats de cette recherche seront exposés en Juillet (en collaboration avec la Tate de Liverpool).
En plus de sa pratique solo, Sheila est artiste associé avec le Blast Theory et avec le Clod Ensemble's Performing Medicine Project. Elle enseigne régulièrement dans des contextes universitaires, elle est mentor pour des artistes ou des étudiants et donne régulièrement des conférences publiques.
www.sheilaghelani.co.uk

Claude Katz, avocat au barreau de Bruxelles spécialiste du droit d’auteur, intervient régulièrement dans des école d’art (La Cambre, Le 75), et est vice-président de l’UNICEF (Belgique). Il est également Président de L'L, lieu de recherche et d'accompagnement pour la jeune création.

kom.post est un collectif interdisciplinaire, créé en janvier 2009 à Berlin. Ce collectif s'est toujours pensé comme un processus de créations répétées, non orienté par une fin productive unique, et devant sans cesse repenser ses formats et outils en regard des contextes (géographiques, sociétaux, politiques) dans lesquels il intervient.
Allant de l'installation in situ, aux dispositifs alliant débat et performances, en passant par des propositions dramaturgiques multimédia ou diverses oeuvres conversationnelles.... chaque réalisation semble nourrir la suivante, moins sous la logique d'un progrès continu et homogène que sous celle de la perturbation interne qui, rejouée en chaque point, sait donner à l'ensemble l'énergie d'une composition-recomposition permanente.
Engageant dans un processus de création pluridisciplinaire un ensemble d’artistes et théoriciens, ce groupe de recherche entend complexifier la tendance contemporaine du « tout participatif » en interrogeant et bouleversant sans cesse la triade réception/contribution/création pour la rendre à son potentiel de pluralisation des voix, caractéristique de l'expérience artistique. Cette attention permanente portée à ce qui fait, aujourd'hui, l'activité du spectateur et sa part dans la création contemporaine, déplace kom.post sur le terrain des nouvelles formes de réception, des nouveaux médias comme des pratiques détournées de médiation.
Ainsi, à travers plusieurs projets de recherche mêlant pratique et théorie, (Fabrique du commun, Speech, Radio kom.post, sonospheres, autour de la table...) Kom.post invente des dispositifs artistiques faisant appel à l'intelligence collective et à la capacité collaborative de s'emparer, ensemble et singulièrement, de ce que l'on peut à juste titre nommer l'espace public et de donner ainsi corps à ce que pourrait être, au delà du paradigme et du constat généralisé de La Crise contemporaine, une communauté politique.
http://about.kompost.me/

Le groupe Ljud est un collectif d’idéalistes slovènes venus de différents horizons et réunis dans le but de changer le monde à l’aide de l’art. Leur credo : « Le théâtre est un phénomène vivant qui doit être en contact direct avec le temps présent ».
Leur activité principale est de jouer dans l’espace public en combinant des médias, genres et techniques, mais les membres du collectif font aussi de la musique, des films, ils écrivent, font du DJing, jardinent, jouent aux échecs ou font de la lévitation.
www.ljud.si

Marie-Sophie Peyre travaille en tant que Conseiller scientifique en matière d'éthique à l'Agence exécutive du Conseil Européen de la Recherche. Avocate de formation, elle est spécialisée en éthique, en droits de l'Homme et en droit public. Elle a travaillé en tant que juge pour le Haut commissariat aux Réfugiés de l'ONU et comme conseiller auprès de Robert Badinter, ancien Ministre de la Justice et ancien Président du Conseil constitutionnel français. Elle a été auditrice du Cycle des hautes études européennes de l'Ecole nationale d'Administration et est diplomée de l'Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. Ses recherches actuelles portent sur la transition démocratique des pays ex-communistes, ainsi que sur le constructivisme russe.

Public Movement est un organisme de recherches performatives qui étudie et met en scène des actions politiques dans l'espace public. Il enquête et crée des chorégraphies publiques, des ordonnancements sociaux, des rituels manifestes ou cachés. Parmi les actions publiques de Public Movement passées ou à venir : des manifestations de la présence, des actes fictifs de haine, des danses folkloriques, de nouvelles procédures de mouvements synchronisés, des spectacles, des marches, des recréations de moments spécifiques dans la vie d’individus, de communautés, d’institutions sociales, de peuples, d’États, ou de l'humanité.
Ces dernières années, Public Movement a exploré et observé les règlements et forces politiques, les formations identitaires et systèmes de rituel qui régissent les dynamiques de la vie et de l'espace publics.
Public Movement a été fondé en 2006 par Omer Krieger et Dana Yahalomi, cette dernière en a repris la direction depuis 2011.Le collectif est basé à Tel-Aviv, avec la perspective de devenir un mouvement de masse global.
www.publicmovement.org

Agnès Quackels est licenciée en Philologie Romane et en Management Culturel (ULB). Elle co-fonde en 2004 le bureau Margarita Production pour lequel elle travaille jusqu'en 2011 et avec lequel elle soutient les projets de nombreux artistes de la scène Bruxelloise - www.margaritaproduction.be. Depuis, elle assure la direction artistique du Centre d'Arts BUDA à Courtrai, dont le fonctionnement repose sur 3 piliers principaux: un arthouse cinema qui fonctionne tout l'année, des accueils en résidence pour tous projets relevant des arts de la scène et l'organisation de festivals à format et durée variable (NEXT, BUDAVISTA, Kortrijk Congé, etc... ).
www.budakortrijk.be

La compagnie X/tnt, dirigée par Antonia Taddei et Ludovic Nobileau, s’est fait une spécialité des actions éphémères de rue, des interventions coups de poing dans l’espace public, comme de la recherche de nouveaux formats pour l’expérimentation théâtrale. Ses opérations «Stress free», par exemple, visant à éradiquer le stress en ville comme une première nécessité écologique, mettent en place des actions d’interventions artistiques éphémères, proches du concept du flash mob (mobilisation éclair).Dernièrement, X/tnt a ainsi déroulé, en quelques minutes, un passage piéton mobile et humain sur la Place de l’Etoile à Paris, pour permettre aux piétons de traverser sans emprunter le souterrain. Autour de ces actions participatives et hors normes dans l’univers urbain, X/tnt revendique une réappropriation de l’espace public et une réinvention de la ville. Actuellement, X/tnt est en résidence à Mons pour réaliser Mons Street reView, 10 kms de rues, mises en scène avec les habitants… et captées par une caméra à 360 degrés… en ligne en janvier 2015.
http://www.xtnt.org/

Illustration

Cifas (suite...)
fait appel à des
dessinateurs contemporains
pour illustrer sa communication.

Felicie Haymoz
a illustré "SIGNAL"

Félicie Haymoz aime passer la journée bien au chaud avec une tasse de thé, des crayons et une illustration à remettre pour la semaine passée. Née en Suisse, elle étudie à l'Académie Royale des Beaux-Arts. Elle crée des personnages pour des films d'animation et a créé entre autres les personnages de Fantastic Mr.Fox de Wes Anderson.

Elle sort parfois de chez elle pour collaborer avec d'autres artistes sur des projets de films et de clips, elle emporte alors tout simplement un thermos de thé.